Erreur
  • JFTP::write: Bad response
  • JFTP::write: Bad response
  • JFTP::write: Bad response
En ce qui concerne la consommation de pommes de terre, un premier témoignage de la présence de la culture du tubercule en Calabre se retrouve dans la Statistique du Royaume de Naples de 1811, la première enquête sérieuse et méthodique sur le Sud de l'Italie voulue par Gioacchino Murat au moment de son intronisation dans le Royaume de Naples. Dans le volume, en référence aux terrains de la « Calabre Citra », on trouve les plantes horticoles qui étaient cultivées et parmi celles-ci on signale le « pomo di terra solanum tuberosum » avec la précision que le tubercule se distinguait pour « la bonne qualité et [les propriétés] salubres ». A ces temps les pommes de terre étaient cultivées habituellement dans les jardins et « donc elles sont plantées dans des terrains fumés ». Depuis son introduction en Calabre, la culture de la pomme de terre, grâce aussi aux conditions climatiques favorables de certaines zones de production particulièrement adaptées (ex. Haut Plateau de la Sila), s'est tellement ancrée dans le territoire qu'elle a établi une forte liaison avec la cuisine traditionnelle de la Calabre, qui provient d'un monde paysan qui n'est pas trop lointain. Les pâtes faites maison assaisonnées avec piment, ail, anchois, ricotta, champignons, fromage, légumes et naturellement pommes de terre sont renommées. Ces dernières sont aussi servies comme accompagnement de la viande, rôtie ou cuisinée.

 

Parmi les recettes les plus connues ou caractéristiques de la cuisine paysanne avec les pommes de terre nous rappelons :

• Soupe de choux chicorée haricots et pommes de terre,

• Pâtes pommes de terre et œufs

• Pâtes et pommes de terre au four

• Pâtes pommes de terre et courgettes

• Pâtes pommes de terre fenouil sauvage et viande

• Viande rôtie, spécialement porc, agneau, chevreau, sanglier dont la zone est riche, avec accompagnement de pommes de terre.